AccueilMagazineEnfantTerreurs nocturnes : Comment les déceler et que faire...

Terreurs nocturnes : Comment les déceler et que faire pour les calmer pour retrouver un sommeil serein ?

Nombreuses sont les sortes de troubles du sommeil et les terreurs nocturnes en font partie. D’une manière générale, ces terreurs nocturnes touchent les enfants entre deux et dix ans. De ce fait, il est donc normal que ces troubles apparaissent. Néanmoins, il est nécessaire de bien comprendre ce que c’est, les causes et de savoir comment y faire face.

Les terreurs nocturnes : c’est quoi exactement ?

Les terreurs nocturnes sont des états dissociés du sommeil, communément appelés parasomnies. Elles sont le plus souvent observées chez les enfants et peuvent varier d’un cas à l’autre.

C’est surtout quelques heures après l’endormissement que ces troubles surviennent et au réveil, la victime ne souvient d’aucune partie de l’expérience qu’elle vient de vivre.

Ce comportement anormal durant le sommeil possède quelques similitudes avec le somnambulisme et diffère complètement des cauchemars par le fait que ces derniers ne surviennent que lors de la phase paradoxale du sommeil.

Quelles peuvent être les causes des terreurs nocturnes ?

Dans certains cas, les terreurs nocturnes peuvent être héréditaires, ce qui fait que les enfants peuvent hériter des troubles de ses parents qui les ont vécus pendant leur enfance. Toutefois, il n’est pas rare que d’autres facteurs entrent en jeu. Ce peut être une grosse fatigue, une anxiété intense en liaison avec le quotidien de la victime, une exposition trop fréquente à l’écran et bien d’autres.

Quelles sont les mesures à prendre en cas de parasomnie de l’enfant ?

Généralement, les terreurs nocturnes ne sont pas dangereuses et se feront de plus en plus rares au fil du temps. Cependant, durant un épisode de terreur nocturne, vous devez être présent pour accompagner l’enfant afin qu’il soit en sécurité. Veillez à garder votre calme pour éviter tous risques.

Il est préférable de ne pas toucher l’enfant sauf s’il risque de se blesser. Après un certain temps, il devrait se rendormir tout seul. Le lendemain de l’épisode, il faudra éviter de lui en parler, car ça risquerait de l’effrayer et pourrait conduire à un autre problème plus grave.

Conseils : Du moment que la parasomnie ne se répète pas souvent, aucun traitement n’est requis. En somme, voici donc quelques conseils qui peuvent s’avérer être utiles pour gérer ces troubles. Premièrement, assurez-vous qu’il s’agit bien d’une terreur nocturne et non de somnambulisme ou d’un cauchemar.

À chaque épisode, trouvez le moyen d’apaiser l’enfant de la manière la plus douce possible. Évitez au maximum de lui en parler le lendemain de son expérience. Faites le nécessaire pour connaître les choses qui lui traversent l’esprit ou les éventuels besoins qu’il pourrait ressentir.

Dans le cas où les épisodes prennent en intensité, le mieux serait de se tourner vers un spécialiste du domaine.

Stef et Flo
Stef et Flohttps://bebecool.fr
La parentalité, on commence à (bien) connaître. Les enfants (avec un garçon et une fille), on apprend à les connaître et les comprendre au fil du temps qui passe. En tout état de cause, nous n'avons pas le choix que de leur offrir le meilleur pour que leur futur se passe pour le mieux !
POURSUIVEZ VOTRE LECTURE