La fièvre est un phénomène physiologique de défense contre les maladies infectieuses, c’est donc une réaction absolument naturelle. Dans la plupart des cas, la fièvre ne présente pas de gravité. Elle a même des effets bénéfiques pour combattre les infections, dans la mesure où elle reste modérée, et dans le cas où il n’y a pas de changements inquiétants dans le comportement de votre enfant.

La chaleur permet de mieux combattre les virus, on devrait donc la laisser si elle est bien tolérée. Le fièvre est la conséquence de la maladie, et non sa cause. l’origine de la fièvre est virale 9 fois sur 10. Si la fièvre est peu élevée, ne gêne pas votre enfant, et qu’elle se régule spontanément en quelques jours, aucune inquiétude! Dans le cas contraire, c’est à dire qu’elle génère de l’inconfort, on la traite.

Par conséquent, la première chose à faire, est de mesurer avec précision la température de votre petit. Ne vous contentez pas de lui toucher le front. Utilisez un thermomètre plutôt par voie rectale, car cela est plus précis. On considère qu’à partir de 38 °C, il y a présence de fièvre.

Conseils pour la prise de température rectale:

♣ Nettoyer le thermomètre avec de l’eau et du savon.
♣ Lubrifiez le bout argenté avec de la vaseline.
♣ Installez votre bébé sur le dos en repliant ses genoux vers son ventre en les écartant.
♣ Insérez délicatement le thermomètre dans le rectum sur 2,5 cm, le maintenir avec vos doigts.
♣ Retirez le au signal sonore.

Pensez à vous laver les mains régulièrement!

Quand faut-il consulter le médecin ?

Si votre enfant a moins de 3 mois, consultez sans tarder! De même si la fièvre excède 38,5°C, qu’il semble ne pas bien la supporter , qu’il semble abattu. En outre, si d’autres symptômes sont présents: douleurs à l’oreille, maux de ventre, vomissements, mal de tête… Cela ne signifie pas que c’est grave, mais mieux vaut consulter afin de connaître les raisons de cette fièvre, afin que votre enfant reçoive un traitement adapté.

Quand faut-il consulter en urgences ?

Même si de manière générale la fièvre ne présente pas de caractère de gravité, il existe des cas où il est urgent de vous rendre aux urgences, ou d’appeler le 15:

• Vous constatez en plus de la fièvre une dégradation de son état général (il refuse de s’alimenter, de boire, somnole, pousse des cris plaintifs, et présente une peau marbrée).

• La fièvre est accompagnée de maux de tête, de présence de raideur dans la nuque, de vomissements. Ce sont les signes d’une méningite, qui représente une urgence médicale.

• Votre enfant est déshydraté : c’est à dire importantes pertes en eau, qui sont la conséquence des sueurs abondantes, de diarrhées, et vomissements persistants. Les signes qui doivent vous alerter sont les suivants: respiration profonde et accélérée, la peau des genoux, et des coudes qui devient marbrée. Chez le nourrisson l’absence de larmes quand il pleure, la bouche sèche, la couche restée sèche après 8 heures.

• Il a eu des diarrhées abondantes, et souffre de maux de ventre.

• Il semble avoir des difficultés respiratoires.

• La fièvre persiste après 24 heures malgré une prise de traitement, ou elle est accompagnée d’autres symptômes inquiétants.

• La fièvre réapparaît, tandis qu’elle avait disparue durant 24 heures.

• Votre enfant est suivi pour une maladie chronique (mucoviscidose, diabète).

• Quand il y a présence de convulsions qui excèdent 5 minutes, et s’il récupère en moins de 10 minutes.

Quelle est la conduite à tenir en cas de fièvre ?

Dans le cas d’une fièvre ( constatation de la présence de température au dessus de 38 ° C vérifiée avec un thermomètre par voie rectale), voici les premiers gestes à effectuer avant d’administrer un quelconque antipyrétiques (paracétamol, ibuprofène, ou aspirine):

• Faites boire régulièrement votre enfant, et plus que d’habitude.

• Aérez la chambre, maintenir une température entre 18°C et 20°C.

• Découvrez votre enfant, afin de permettre l’évacuation de la chaleur, lui laisser tout de même une couche de vêtement même légère.

• S’il apprécie, vous pouvez lui vaporisez sur la tête, une eau thermale. Petit rappel, le bébé sue principalement par la tête. Vous pouvez luis tamponnez la tête avec un linge en coton, et lui passer un gant humide pour retirer la sueur, cela peut lui faire du bien.

Si après tout cela la fièvre ne baisse pas, qu’elle est à 38,5°C ou plus:

• Vous pouvez lui administrer du paracétamol, sauf en cas de contre-indication, en veillant à respecter les doses selon le poids et l’âge de l’enfant, ainsi que le délai de 6 heures entre 2 prises. Pas plus de 4 prises par jour.

• restez auprès de lui afin de contrôler l’évolution de la fièvre, et des symptômes éventuels associés.

Attention, contrairement à ce qui a longtemps été dit, faire prendre un bain s’avère peu efficace, et peut même créer d’inconfort chez le petit, il fait baisser trop rapidement la température, et peut accroître les risques de convulsions. de même, les poches de glace sont à proscrire.

Quels médicaments sont préconisés en cas de fièvre chez l’enfant ?

Privilégiez l’utilisation du paracétamol en première intention en cas de fièvre si vous souhaitez soulager l’inconfort qu’elle génère. Le paracétamol possède des propriétés antipyrétiques (abaissement de la fièvre), et antalgiques ( soulagement de la douleur). Comme nous l’avons dit en veillant adapter la dose, et en respectant le délai de 6 heures entres les prises. L’alternance de médicaments n’est pas préconisé, sauf avis médical. Rappel: les médicaments qui font baisser la température, n’accélèrent en aucun cas la guérison, puisque la fièvre est la conséquence et non la cause.

Si votre enfant a moins de 3 mois, n’utilisez que du paracétamol !

Les autres médicaments?

L’aspirine n’est plus ou presque plus utilisé car il avait été associé à une forme d’insuffisance hépatique chez l’enfant notamment en cas de varicelle ou de grippe. Il ne doit pas être administré sans avis médical. Quant à l’ibuprofène (anti-inflammatoire), il expose à un peu plus d’effets indésirables, notamment un risque de surinfection bactérienne plus important en cas de varicelle et d’insuffisance rénale en cas de déshydratation.

Respectez ce principe: utiliser un seul médicament à la fois, en veillant à bien respecter les doses en fonction du poids et de l’âge et le délai entre les prises qui est en général de 6 heures.

Si malgré ces traitements, la fièvre persiste pendant plus de 3 jours ou que votre enfant ne se sent vraiment pas bien, il faut impérativement consulter un médecin.

Pourquoi faut-il tenter de faire baisser la fièvre de bébé ?

Rappelons une chose essentielle. C’est avant tout la cause de la fièvre qu’il faut traiter. Faire baisser la fièvre chez l’enfant répond tout d’abord à un besoin de confort. Cela peut être aussi un moyen de prévenir d’éventuelles convulsions qui peuvent se produire lorsque la température dépasse les 40 degrés. Toutefois, une fièvre élevée n’est pas systématiquement responsable des convulsions.

Les convultions : un cas extrême redouté par tous les parents

Qu’est-ce que c’est?

Il arrive qu’en cas de fièvre, se produisent des convulsions chez des enfants génétiquement prédisposés. Le risque est multiplié par deux chez un enfant dont les deux parents ont fait des crises fébriles dans l’enfance. Cela survient généralement entre 5 mois et 5 ans, avec un pic de fréquence vers 18 mois.

Les convulsions sont des contractions fébriles de l’enfant qui se traduisent par des contractions des muscles involontaires saccadées. Elles apparaissent avec un épisode de fièvre. Certes impressionnantes, les convulsions sont la plupart du temps bénines. L’enfant peut perdre conscience ou présenter une courte absence. Parfois, ses yeux se révulsent. La crise dure en moyenne de 1 à 5 minutes, puis il arrive la phase de récupération durant laquelle il somnole, respire souvent bruyamment, puis retrouve son état normal au bout de 10 minutes. les crises arrivent quand il y a une montée brusque de température.

Conduite à tenir en cas de convulsions fébriles?

Difficile à entendre, mais ne paniquez pas quand arrive la crise, en tout cas, essayez! Consultez toujours un médecin après une crise ou rendez vous aux urgences.

  • Mettez votre enfant en position latérale de sécurité, cela empêche les fausses routes, et les étouffements s’il y a vomissements en cas d’inconscience.
  • Restez à côté de votre enfant, veillez à enlever toutes les choses autour de lui qui pourraient le blesser, si cela est possible lui maintenir la tête. Toutefois, ne cherchez pas à empêcher totalement ses mouvements.
  • Desserrez ses vêtements, et découvrez-le.
  • Notez l’heure exacte de début de crise.

Rassurez-vous, les convulsions ne peuvent en aucun cas causer des dégâts sur le cerveau de l’enfant. La plupart du temps, elles ne se reproduisent pas.

Partager

Donnez-nous votre avis